Capture d’écran 2013-05-16 à 15.59.47

Tête-à-tête avec…Samuel Pirlot

  • 3f479d28fec93888aa99f6cef8e7ba1d

En ces jours frisquets, nous sommes allés prendre la température sous des cieux plus cléments, du côté de Toulouse.
On y a rencontré un illustrateur charmant, Samuel Pirlot et il nous a parlé de sa passion pour le dessin, pour Bruxelles mais surtout de celle pour la musique qui l’a poussé à créer sa série sur les musiciens. Jolie rencontre avec un passionné…

1. Samuel Pirlot…t’es qui toi?

Apres le Bac, j’ai décidé de quitter Toulouse, ma ville natale pour deux raisons : premièrement car les écoles en France ne me plaisaient pas, celles de Bruxelles oui… et aussi et surtout car j’avais envie de découvrir mes racines Belges. J’ai beaucoup bossé, ce qui m’a permis d’être diplômé de Saint-Luc Bruxelles ESA Bande dessinée. Une fois mes études terminées, je suis retourné dans mon sud natal, à Toulouse et j’ai décidé de m’installer à propre compte en tant qu’illustrateur.

2. Quand on regarde ta série sur les musiciens, on ne peut s’empêcher de penser aux Triplettes de Belleville, de par l’ambiance mais surtout par les tons sépias. Quelles techniques utilises-tu? Et aurais-tu envie de tester de nouveaux matériaux? 

C’est très flatteur, j’adore ce film !
L’ambiance sépia est traitée, dans ma série, avec une encre un peu particulière, appelée le brou de noix. A la base, elle se présente sous la forme d’une poudre de copaux (ce qui entoure l’écale de la noix) qu’il suffit de dilluer dans de l’eau pour obtenir une belle encre brune.
En gros je procède ainsi: à partir de mon papier A3 préalablement bien scotché sur une planche, je passe une couche légèrement teintée de brou à l’éponge puis je monte en intensité. Je pose ensuite mon crayonné propre sur le Fond A3 et j’applique le brou de noix du plus clair au plus sombre à l’aide d’un pinceau a « petit gris ». Pour terminer, je retouche certaines zones à éclaircir à la javel  et à l’aide de plumes je cerne les contours et je gomme soigneusement à l’aide de « gomme mie de pain » pour ne pas abimer mon travail.

3. D’où t’es venue cette envie d’illustrer ces différents personnages qui forment le petit monde hétéroclite de la musique?

Ces dernières années j’ai voyagé dans plusieurs villes d’Europe, notamment Bruxelles, Paris, Berlin où Lisbonne. J’y ai découvert la vie des pubs, salles de concerts, petits théâtres, ces lieux aux teintes boisées et aux ambiances chaleureuses, où les gens que je rencontre, transcendés par la musique et la boisson montrent une grande ardeur. J’ai voulu réinterpréter certains de ces personnages hauts en couleurs, et les mettre en images en utilisant la technique du Brou de noix, cette encre naturelle aux teintes chaudes proches du bois. Mais l’idée précise m’est réellement venue un soir, alors que j’étais au bar « le Pantin » à Ixelles. Je cherchais l’inspiration et mon attention a été attirée par une vieille affiche jaunie par le tabac qui représentait un marionnette jouant du violoncelle.

4. De nouveaux projets, des envies?

Quelques temps après cette série sur les musiciens, j’ai fait circuler mon travail sur internet.
Une boite de jeux vidéo m’a alors contacté pour me proposer de designer leurs personnages pour leur nouveau projet. Depuis j’ai des commandes essentiellement pour des boites de jeux vidéo, cinéma d’animation, musiciens, ou encore de particuliers. Bien que mon travail en tant que freelance me prenne beaucoup de temps,  je compte bien reprendre cette série de « Zicos » car il en reste un grand nombre a réaliser ! J’espère aussi vite faire de nouvelles expos.

Ps : Bruxelles me manque …

En savoir plus ici

Partagez!